samedi 29 décembre 2012

Ligue 1 : l'Equipe-Type

Salut à tous,

La trêve en Ligue 1, c'est évidemment le moment idéal de faire des bilans et des équipes types. Voici la mienne, qui sera aussi discutable et subjective que les innombrables qui fourmillent sur internet et ailleurs, sauf sur un point : j'ai utilisé les chiffres, encore une fois. C'est donc une équipe très offensive que je vous présente aujourd'hui, et que je vous détaille dès maintenant.

Gardien : Ali Ahamada (Toulouse)
Forcément, il était difficile de le devancer cette saison, vu son but - décisif, qui plus est - à la dernière minute du match contre Rennes, lors de la sixième journée (2-2). A noter que d'habitude, les gardiens buteurs sont souvent de vieux grognards, comme Wimbée en France, ou Schmeichel en Angleterre. Il faut avoir une sacrée confiance en soi pour décider de quitter son but dans les arrêts de jeu pour aller tenter sa chance dans la surface opposée. Or, Ahamada n'a que 21 ans, et ne dispute que sa troisième saison en professionnel, sa deuxième véritablement dans la peau d'un titulaire. Donc, même s'il a semblé mal gérer cet exploit par la suite, avec quelques matches ratés, il mérite largement cette nomination.

Latéral droit : Jordan Lotiès (Nancy)
Oui oui, j'ai réussi à caser un Nancéien dans mon équipe-type, alors que l'ASNL se traîne à la dernière place du classement. Comme pour les autres joueurs de mon équipe, ce qui fait qu'il y figure, ce sont les chiffres : ses deux buts (contre VA lors de la 16e journée, puis à Lyon lors de la 17e, 1-1 à chaque fois), ses premiers en Ligue 1 et ses premiers en pro depuis mai 2009, ainsi que sa passe décisive pour Mollo à Evian (1-1, 15e j.) en font tout simplement le
troisième joueur nancéien le plus décisif cette saison, derrière Mollo et Bakar. Logique, puisque son entraîneur, Jean Fernandez, pour rassurer son équipe, accumule les joueurs défensifs en défense et au milieu, ce qui limite les choix. Dommage que ces trois actions décisives n'aient rapporté que trois points à son équipe...

Défenseur central : Rod Fanni (Marseille)
Baladé à droite ou dans l'axe, le Martégal ne voit pas pour autant sa courbe de performance baisser. Cette saison, l'ancien international, du moins si on en croit sa longue absence en sélection, depuis août 2010, en est à un but (contre Sochaux, 2-0, 2e journée) et deux passes décisives, toutes récentes, à Bastia (1-2, 17e j.) pour Valbuena, et contre Saint-Etienne lors de la dernière journée (1-0), pour André Ayew. Avec le départ d'Azpilicueta, la faible concurrence d'Abdallah et la méforme de Diawara, Fanni, 31 ans, n'est pas prêt de sortir de l'équipe type olympienne.

Défenseur central : Lamine Koné (Lorient)
Un des inconnus de cette équipe, mais pas un des plus mauvais, et probablement un des plus prometteurs. A 23 ans, le Parisien de naissance, formé à Châteauroux, qu'il a quitté pour le Morbihan en 2010, est tout simplement un des meilleurs défenseurs centraux du championnat, malgré la piteuse 15e place des Merlus chez les défenses. Surtout, son gabarit (1m89, 90 kgs) lui offre des possibilités dans les surfaces adverses, ce qui lui a permis de marquer trois buts, dont deux de la tête, meilleur total pour un défenseur cette saison (contre Nancy, 3-0, 4e j., à Bastia, 2-1, 14e j., contre Sochaux, 2-0, 17e j.) ainsi qu'une passe décisive, contre Montpellier (2-1, 2e j.), pour Alain Traoré à la 92e minute. A noter qu'il est toujours éligible pour jouer en Équipe de France... et si on arrêtait de perdre des talents ? Encore faudrait-il qu'il joue dans une équipe plus cotée...

Latéral gauche : Benoît Trémoulinas (Bordeaux)
Un classique, même si le Réunionnais a du écarter la concurrence de Maxwell (2 b, 2 p), notamment parce que le Parisien évoluait souvent au milieu lorsqu'il fut décisif. C'est moins le cas du Bordelais, même s'il évolue plus haut lorsque son équipe joue à trois axiaux. Même s'il a laissé passer du monde à un poste en Bleu pour lequel il semblait promis à un grand avenir (1 sélection), il reste une valeur sûre du championnat. Avec à la clé un but, à Lyon, et du droit s'il vous plaît (0-2, 7e j.) et trois passes décisives, comme lors des deux saisons précédentes (pour Gouffran contre Ajaccio, 2-2, 6e j., pour Diabaté à Brest, 1-1, 8e j., pour Gouffran encore, contre Marseille, 1-0, 13e j.), ce centreur de grande qualité (22 passes décisives en 5 saisons et demie de Ligue 1) pourrait faire du bien aux Bleus dans ce domaine où il ne brillent plus depuis très longtemps.

Milieu axial : Julien Féret (Rennes)
Forcément, mes axiaux vont être très offensifs, mais c'est aussi le cas de ceux d'Arsenal ou du Barça non ? Un de ceux qui figurent dans toutes les équipes-types actuelles. Féret, après plusieurs bonnes saisons, est en train d'en réaliser une très grande, à 30 ans. Il a déjà marqué autant de buts que l'année dernière (8), son record étant de 9, en Ligue 2 avec Reims, en 2006-07, tout en n'ayant distribué qu'une passe décisive, contre Valenciennes (2-0, 18e j.) pour son compère Jonathan Pitroipa, qui lui avait offert le premier but. Homme fort de l'intenable quatuor rennais (Pitroipa, Féret, Alessandrini et Erding, 27 buts et 10 passes à eux 4), le Breton peut juste regretter d'avoir été souvent oublié ces dernières années en Bleu. Trop lisse et trop discret, sans doute.

Milieu axial : Benjamin Nivet (Troyes)
L'autre relégable de la troupe, avec Lotiès, mais aussi un signe que malgré l'âge (35 ans) on peut encore porter une équipe sur ses épaules, ou presque. Un de ces joueurs méconnus, mais qui connaissent la Ligue 1 sur le bout des ongles (260 matches) et dont le football est un régal visuel. Revenu à Troyes, qu'il avait longuement fréquenté entre janvier 2002 et 2007, en Ligue 1 et en Ligue 2, après un passage de cinq ans à Caen, toujours en alternant entre les deux divisions, l'Auxerrois de formation donne l'impression de n'avoir jamais quitté l'Aube et la Bourgogne, région qu'il représente de plus en plus, lui le Chartrais de naissance. Auteur de 6 buts en 3 passes décisives, il est la seule chance, avec Thuram dans les buts, de l'ESTAC pour espérer se maintenir... Un Jérôme Leroy moins grande gueule et moins baroudeur.

Milieu offensif droit : Rémy Cabella (Montpellier)
On ne peut plus le considérer comme une révélation. Longtemps remplaçant désigné de Belhanda dans l'axe, ou de Camara ou Utaka sur les côtés, l'Ajaccien est devenu indispensable au jeu de Montpellier. Personnellement, je le suis depuis son prêt à Arles-Avignon, lors de l'année passée en Ligue 1 de cet improbable club sudiste, en 2010-11. Au
milieu des Mejia, Pavon, Basinas, Meriem et autres Charisteas, le gamin formé dans l'Hérault, qui n'avait jamais connu l'élite, mettra quelques mois seulement pour s'imposer, avant de signer au total 3 buts en 18 matches. De retour à Montpellier, il participera activement à la conquête du titre, malgré un statut encore incertain, avec 3 buts et une passe en 29 matches, dont 16 titularisations. Cette année, il confirme : 5 buts et 3 passes pour l'homme à la crête fournie et à la voiture orange. Un kéké, d'accord, mais pour l'instant difficile à moquer, et très prometteur. Un Valbuena en mieux, à mon avis.

Milieu offensif gauche : Pierre-Emerick Aubameyang (Saint-Étienne)
Je l'ai mis là parce qu'il méritait, selon moi, de figurer dans l’équipe-type, et parce qu'il s'est montré presque aussi efficace sur ce côté, où sa vitesse fait merveille, que dans l'axe. Le Stéphanois, après des années à végéter dans des prêts ratés à Lille ou Monaco, s'est révélé dans la Loire, et confirme sa très bonne saison dernière (16 buts, 6 passes décisives). Cette année, ses chiffres sont comparables, voire un peu meilleurs, à mi saison du moins (8 buts, 4 passes, quatrième bilan général). Même s'il reste sur six matches blancs, le Gabonais est désormais un candidat logique à un départ dans un plus grand club la saison prochaine. Ce sera une très grosse perte pour l'ASSE, qui a déjà toujours du mal à confirmer au classement (10e) le potentiel qu'on lui soupçonne (dans les 5-6 premiers ?).

Attaquant : Bafétimbi Gomis (Lyon)
Mon chouchou, personnellement, peut-être parce qu'il n'est pas reconnu à sa juste valeur. Le Lyonnais devance le pauvre Jérémy Aliadière (Lorient) d'une seule action décisive (14 à 13), mais sa place n'est pas usurpée. Comme je le dis souvent ici, quelque soit son statut à Saint-Etienne mais surtout à Lyon, depuis 2009, Gomis, qui semble être en plus une crème dans la vie, marque toujours. Il en est désormais à sept saisons consécutives à au moins 10 buts en championnat (11 cette année, 14 la saison dernière) et il a marqué 28 buts en 2012, deux de moins que Benzema, le meilleur Français. Il a également distribué trois passes décisives, notamment la dernière pour Lisandro Lopez, alors qu'il aurait pu marquer, seul face à Ospina (3-0 contre Nice, 19e j.). Je suis heureux de le voir à ce niveau, ainsi qu'en Bleu. Un buteur comme on en a rarement en France, à la fois efficace et collectif.

Attaquant : Zlatan Ibrahimovic (Paris-SG)
Vous vous doutez bien qu'il était difficile de se passer de lui ! Le fait qu'il soit le seul Parisien de l'équipe-type, alors que le PSG possède la meilleure attaque (36 buts) et le plus grand nombre de passes décisives cumulées (26) montre bien à quel point le Suédois écrase la concurrence, que ce soit en Ligue 1 ou dans sa propre formation. Dans le classement des actions décisives, le second parisien est Jérémy Ménez, 29e avec un but et 5 passes décisives... Ibra a ainsi marqué 18 buts, soit l'exacte moitié du total de son équipe, et 12 à l'extérieur (sur 18 !), mais n'a pas oublié ses partenaires, à qui il a offert 5 buts (pour Ménez, Maxwell, Matuidi deux fois et Lavezzi). Le troisième buteur européen en 2012 (50 buts) est parti sur de grandes bases, reste à savoir s'il tiendra longtemps ce rythme.

Voilà, ce n'est pas forcément la meilleure équipe, mais c'est celle qui s'est le plus illustrée dans ce qui demeure l'essentiel dans le foot : les buts, et l'élaboration de ces derniers. C'est aussi une équipe homogène, avec aucun club représenté par plus d'un joueur, preuve de la densité d'un championnat décidément très serré, comme toujours. Il manque quelques beaux joueurs comme Matuidi, Malbranque, Valbuena ou Danic, mais il fallait bien faire des choix... et les miens sont objectifs, puisque chiffrés !

A plus tard, et n'hésitez pas à réagir !

jeudi 20 décembre 2012

Onze ans après

Salut à tous,

Avant de commencer, laissez-moi vous montrer quelque chose :



Ceci est le classement des buteurs de moins de 21 ans lors de la saison 2001-02 de Ligue 1. Comme vous pouvez le constater, beaucoup de noms connus, voire très connus, sautent assez vite aux yeux, et d'autres nettement moins. Rien de plus logique, vous verrez que chez les jeunes actuels, beaucoup réussiront à confirmer, et d'autres disparaîtront aussi vite qu'ils seront apparus, on en reparle dans 10 ans. C'est la loi du genre, en sport comme au cinéma ou dans la chanson, ou même n'importe quel milieu professionnel.

Avant de se pencher sur le destin de ces anciens espoirs, comparons avec le classement actuel des moins de 21 ans, ceux qui n'avaient donc à l'époque pas plus de 10 ans.



La Ligue 1 manque de jeunes talents

En dehors de la présence d'un gardien, l'autre principale différence est la très nette chute du pourcentage de buts marqués par les jeunes lors de la saison actuelle par rapport à il y a 11 ans : elle va du triple au simple (de 12,06 % à 3,86), et même un peu plus. Quasiment un but sur 8 étaient marqué par un jeune en 2001-02, aujourd'hui c'est un sur 25, soit un par journée en moyenne. Il faut dire que la présence d'un déjà phénoménal Djibril Cissé, qui n'avait pas tout à fait 20 ans au départ de la saison et qui allait marquer 22 buts, a pu jouer, puisqu'il allait marquer à lui seul plus d'un quart du total des jeunes (83). Regardons la saison passée, qui était comparable puisque le meilleur jeune se nommait Eden Hazard, et avait marqué 20 buts, contre 6 pour son suivant, Aboubakar : le taux était de 8,5 %. L'importance d'un jeune leader est donc importante, mais c'est aussi un peu l'arbre cachant la forêt. Même sans Cissé, les jeunes d'il y a 11 ans marquaient plus quand même.

Difficile de savoir pourquoi. Ce qu'on constate en regardant les classements, c'est que les jeunes provenant des "gros clubs" étaient plus présents : on y voit 4 Auxerrois, 2 Lensois (dauphins de Lyon cette année là), 3 Parisiens, 3 Monégasques... en revanche, les Lyonnais, champions, brillaient par leur absence. mais ça n'allait pas durer, c'était avant la génération des Benzema ou Ben Arfa. Cette année, parmi les rares jeunes buteurs, hormis le Marseillais J.Ayew ou le Lillois Sidibé, pas de Lyonnais, pas de Parisiens, pas de Montpelliérains, pas de Bordelais... c'est aussi ça, le rôle des clubs les plus riches : fournir en bons jeunes le football français, soit pour eux-mêmes et la sélection nationale, soit pour les clubs qui les suivent, et qui accueillent souvent les jeunes qui n'ont pas percé dans leurs prestigieux clubs formateurs, ou la concurrence est plus rude. Là, les plus gros clubs ne semblent pas franchement capables de remplir cette mission, alors qu'ils sont tous dotés de très bons centres de formation... d'ailleurs, parmi les 10 jeunes qui ont marqué cette année, trois seulement ont été formés par un gros club : Ayew (Marseille), Eysseric (Monaco) et Bahebeck (PSG).

Une très belle génération 2002

Penchons nous donc à présent sur ces jeunes qui sont a priori tous trentenaires, ou quasiment, et pour qui on peut donc légitimement jeter un oeil sur des carrières évidemment très variées, même si elles se ressemblent souvent. Ainsi, parmi les 23 lauréats, je compte 5
internationaux français : Cissé, Kapo, Mexès (trois Auxerrois, la dernière grande génération formée à l'AJA), Givet et Bernard Mendy. Le fait qu'aucun d'entre eux ne se soient réellement imposés en Équipe de France alors qu'ils faisaient partie des plus gros espoirs de leur génération démontre aussi ma théorie du creux générationnel qui a suivi le départ des grands anciens en 2006 : ce n'était pas QUE de la faute de Domenech, à qui on avait demandé d'intégrer les jeunes en 2004, avant de lui réclamer ensuite le retour des anciens au bout de quelques mois seulement. Problème, en 2006, la relève n'était toujours pas là. Malgré tout, Cissé a accumulé 41 sélections, et Mexès, 29. Pas mal, mais insuffisant compte tenu de leurs statuts en équipes de France de jeunes.

Regardons les autres. On note quelques noms très prestigieux, qui ont réussi de très belles carrières à l'étranger, carrières qui ne sont d'ailleurs pas terminées : Essien, Adebayor, Arteta... sans parler de El Hadji Diouf, qui est un cas un peu à part. On note aussi la présence de Souleymane Camara, encore à Monaco et qui marque toujours à Montpellier, après avoir longtemps végété à deux ou trois buts par saison dans divers clubs, mais c'est le seul à encore figurer dans un club actuel de Ligue 1. C'est étrange, vu que la plupart d'entre eux jouent encore. Le Ahamada de 2001-02 n'est pas le même que le gardien toulousain. Mais beaucoup évoluent à l'étranger, même en Belgique pour W.Dalmat, ou en Ligue 2 pour Adama Coulibaly, Kapo et Mathis.

Il y a aussi le cas de Pascal Feindouno, qui conservera longtemps un très bon niveau en Ligue 1, à Bordeaux puis à Saint-Étienne. Sont choix de partir au Qatar en 2009 lui sera cependant fatal, malgré une pige à Monaco, 5 matches qui lui permettront de faire partie de ceux qui seront descendus avec le club de la Principauté. Mais après un passage honnête mais bref à Sion, il se traîne désormais en D2 turque, à Elazigspor. En ayant marqué qu'une fois en 10 matches, un but en coupe, contre un club amateur.

Ceux qui ont échoué

D'autres sont libres, comme Bartholomew Ogbèche, l'ancien Nigerian formé au PSG, et qui a ensuite joué en Espagne notamment, en Liga même, mais dans un anonymat certain (Alavès, Valladolid, Cadix...). Il a aussi joué aux Emirats et récemment en Grèce, à Kavala. Après une dernière saison à Middlesborough, en Championship, il est libre depuis cet été. Pour Fodé Mansaré, le dribbleur fou de Montpellier puis Toulouse, l'attente est encore plus longue : il est sans club depuis l'été 2011, date de la fin de son contrat au TFC. Dommage, le Guinéen était un beau joueur, quand il voulait. Mais 18 mois d'inactivité... n'est pas Malbranque qui veut.

Enfin, il y a ceux qui ont disparu. Vous vous rappelez de Patrick Beneforti ? Un ailier gauche fin, une belle patte, un joueur doté d'un bel avenir. Dans l'Entraîneur 2005, on pouvait encore le recruter et en être très content. Mais le Bastiais de naissance et de formation n'a pas duré : après une année blanche à l'Udinese en 2002-03, Beneforti a commencé à fréquenter la Ligue 2 (Châteauroux, Istres) puis le National et le CFA avec le Gazelec puis le CA Bastia. Aujourd'hui il joue à... Furiani, le quartier, pas le stade, en ligue corse.

Et Abdoulaye Cissé ? L'attaquant brukinabé de Montpellier n'avait pas 18 ans au démarrage de la saison, durant laquelle il allait marquer 2 fois. Après avoir connu la Ligue 2 avec le club héraultais, il va ensuite rejoindre le Qatar, un petit passage en Arabie Saoudite avant de rejoindre l’Égypte (Masry, Zamalek) en 2010, où il joue toujours.

Et Bamogo ? Lui a donné l'impression de confirmer après ses 2 buts avec Montpellier, là encore, puisque 2 ans plus tard il en marquait 16, et signait dans la foulée à Marseille, où il ne parvenait pas à s'imposer, dans des effectifs à l'époque pourtant assez ordinaires (Fiorèse,
Koke, Luyindula, Marlet, Mido...). Un prêt à Nantes, un autre au Celta Vigo, puis un départ à Nice pù il aura toutes les peines du monde à marquer des buts (13 en quatre saisons, dont 12 lors des deux premières...). Il part ensuite en Grèce, en Championship, avant de découvrir le championnat bulgare cette année... no comment.  Il n'a réussi à accumuler que 6 sélections avec le Burkina Faso.

Ahamada ? A priori aucun lien avec le portier toulousain. Attaquant polyvalent prometteur à Nantes, il marque même un but contre le Bayern, à Munich, en Ligue des Champions, en mars 2002 (2-1), après un autre but prestigieux, la saison précédente à Porto, en Coupe UEFA cette fois (3-1). Deux buts, pour deux défaites, dommage. En janvier 2005 il effectue ce qu'on peut appeler un choix étrange de carrière, même s'il se traîne à Nantes, il part à Beira Mar, au Portugal. Il échoue, réapparaît en Ligue 2, à Châteauroux, qui a toujours eu le chic de recycler ce qui n'était pas recyclable, puis aux Émirats (même remarque), et puis le Brestois de naissance part en Bretagne... aujourd'hui il joue à Carquefou, en CFA.

Makhtar N'Diaye ? Il est pas loin, il joue à la Vitréenne, en CFA 2. Le Rennais de formation avait auparavant connu la Ligue 2 avec Sedan, puis... les Glasgow Rangers, où il ne joue que trois matches, avant quatre ans sans nouvelles... et Vitré, donc. Eduardo Costa ? Après Bordeaux, il joue à Marseille, où il ne casse pas la baraque, sinon quelques tibias. Il part ensuite à l'Espanyol Barcelone pendant deux saisons, puis au Gremio, Sao Paulo, avant un retour en France... enfin, à Monaco, assez furtif (15 matches), entre 2009 et 2011. Depuis il joue (peu) à Vasco. Pas mal, sans plus.

Sébastien Carole ? Alors lui, il faut être fort pour le remettre. Le milieu offensif monégasque avait marqué son seul but en Ligue 1 contre Nantes, pour une défaite à domicile (1-2). Suivent West Ham, en Championship, Châteauroux évidemment, puis un départ définitif pour l'Angleterre en 2005, où depuis il évolue surtout au troisième, voire au quatrième niveau, comme actuellement à Bury, près de Manchester. En Angleterre, le Martiniquais a marqué 5 buts en 131 matches, et ce en 13 saisons. La galère ? Connaît pas.

Vous l'avez vu, footballeur, ce n'est pas une sinécure, ça vous garantie une variété de carrières très large. Il n'empêche que ceux qui ont VRAIMENT brillé avant leurs 21 ans (Cissé, Benzema, Trezeguet, Giuly...) ont pour la plupart réussi. Mais pas tous : Ouédec, Maurice ou Bakayoko ont tous réussi à marquer plus de 12 buts lors d'une saison avant leurs 21 ans, sans réussir à vraiment confirmer.

A plus tard !

jeudi 13 décembre 2012

Le Messi en chiffres

Salut,


Ce matin, offrons nous un petit post stats sur le record de Lionel Messi, et ses 88 buts sur une année civile... on repassera sur l'éventuelle "polémique" à propos de ce joueur zambien qui en aurait marqué 107 en 1972. Je dois avoir un grand-oncle qui en a marqué 157 en championnat du dimanche matin du Nord-Pas-de-Calais en 1923, ma lettre à la FIFA est déjà postée.

Des records à la pelle
Ce week-end, Lionel Messi a dépassé Gerd Müller, le mythique avant-centre du Bayern Munich. Le petit Argentin a évolué cette année dans deux équipes qui marquaient beaucoup : 3,5 buts par matches pour le Barça, 3,25 pour l'Argentine. Contrairement à ce qui se dit souvent, Messi n'est donc pas l'unique arme offensive de ces équipes, puisqu'il a marqué 45,8 % des buts catalans, et 46 % des buts Argentins. L'Argentin a d'ailleurs distribué 18 passes décisives sur l'année civile, rien qu'en club...

Titulaire de trois Ballons d'Or, et sans doute bientôt d'un quatrième, Messi est également devenu le meilleur buteur de l'Histoire du Barça, avec 285 buts en 353 matches, toutes compétitions confondues mais aussi en Liga (192/229) et en Ligue des Champions (56/74), dont il est le deuxième meilleur scoreur de l'Histoire. Il est le joueur ayant marqué le plus de buts lors des Clasicos contre le Real Madrid (17/20), et le Catalan ayant inscrit le plus de triplés (21, dont 15 en Liga), avec notamment deux d'affilée contre Valence puis Saragosse en 2009/2010). Il est également déjà le quatrième buteur de la sélection argentine, derrière Batistuta (56), Crespo (35) et Maradona (34), qui ne le devance que de trois buts.

Une irrésistible progression
Avec 88 buts en 67 matches officiels, Messi boucle sa première année civile à plus d'un but par match. En 2011, il tournait à 0,84 et à 0,94 en 2010. En revanche, c'est la deuxième saison où il tourne à plus d'un but par match, puisqu'il avait inscrit 82 buts en 69 rencontres en 2011/12. Müller, lui, a réussi cinq fois cette performance en 14 saisons au Bayern Munich. C'est en revanche la deuxième année civile où Messi marque plus de buts qu'il ne joue de match en championnat (56 en 36 rencontres!) après... 2010 (42/36), après une année 2011 plus « faible » (31/35). En Ligue des Champions, il en est à trois années consécutives à au moins un but par match (12/12 en 2010 et 2011, 13/12 en 2012). Il est d'ailleurs le quadruple meilleur buteur de la compétition, un autre record.

Sa compétition favorite depuis le début de sa carrière en terme de moyenne de buts est le championnat (0,84) devant la Ligue des Champions (0,76), si l'on excepte la Super Coupe d'Espagne (10 buts en 9 matches) et la Coupe du Monde des Clubs (4/4). En revanche, il ne semble pas passionné par la Copa del Rey (34 matches, 22 buts), mais il n'est pas le seul. En sélection, il est également loin de ses canons habituels (76 sélections, 31 buts), mais a nettement haussé le rythme en 2012 (12 buts en 9 matches), après plusieurs années à tourner à 0,28.

Il est intéressant de constater sa hausse quasi continue de buts depuis ses débuts. Après une première année blanche, en 2004 (7 matches, 0 but), il ne marque que 3 buts en 21 rencontres en 2005. Il passe à 0,36 en 2006, puis à 0,56 en 2007. Après un fléchissement en 2008 (0,46), il remonte en 2009, année du premier de ses quatre Ballons d'Or consécutif (0,64). On l'a vu, c'est vraiment en 2010 qu'il explose (0,94), il gère en 2011 (0,84) avant de franchir un nouveau palier en 2012 (1,31). Une progression qui laisse présager une suite de carrière phénoménale, lui qui n'a que 25 ans...

Ajoutons enfin qu'en 2012/2013, Messi tourne à un but toutes les 56 minutes, un toutes les 70, toutes compétitions confondues !

Un buteur par rafales
Passons en détail ces 88 buts historiques. La première partie de l'année a été un peu plus prolifique (1,37) que la seconde (1,23). Les meilleurs mois de l'Argentin ont été mai et juin, durant lesquels il a tourné à deux buts par match (8/4 puis 4/2), devant mars (1,86). Les rares mois où il n'a pas réussi à marquer un but par match ont été janvier (0,875) et septembre (0,71). Au final, et si on enlève les 9 semaines de trêve estivale (du 9 juin au 15 août) et les 2,5 qui nous séparent de la fin de l'année, il a donc marqué 88 buts en 40,5 semaines, soit une moyenne de 2,17, plus de 0,3 par jour. Il a pourtant passé 22 matches sans marquer, soit quasiment un tiers du total ! Mais dans le même temps, Messi a signé 20 doublés, 7 triplés, 2 quadruplés et un quintuplé, le 7 mars dernier contre Leverkusen, en 8es de finale de la Ligue des Champions (7-1). Lors des 45 matches où il a marqué au moins une fois, il ne s'est pas arrêté là dans deux cas sur trois (30, soit 67 %) !

Notre gaucher s'est montré plus polyvalent que le grand Pelé, quelque peu jaloux de la place prise à ses côtés au panthéon des plus grands joueurs du monde, veut le reconnaître. Certes, la « pulga » (1m69) n'a marqué que trois fois de la tête, une gageure vue sa taille. En revanche, il a marqué 8 buts du droit, 9 % du total, mais un chiffre des plus honorables. Mais il faut dire que Messi a inscrit la bagatelle de 13 penaltys et surtout 7 coup-francs, évidemment marqués de son meilleur pied, soit 22,7 %. La meilleure preuve que Messi est un joueur complet, c'est son statut, puisqu'il n'est pas une pure pointe...

vendredi 7 décembre 2012

Des poules bien garnies

Bonjour à tous,

A y est, il est temps de tirer le bilan de cette 22e année de phase de poule de Ligue des Champions. Comme vous avez pu le constater, il y a quelques surprises. Revenons tout d'abord sur le bilan très médiocre des clubs français.

Des Français à la peine

Si le PSG obtient le meilleur bilan des 32 équipes en course, j'y reviendrais, Lille (3 points) et Montpellier (2), qui ont accumulé à eux deux 9 défaites en 12 matches, terminent aux 29e et 30e rangs, juste devant les deux cancres de la classe, le Dinamo Zagreb et Nordsjaelland, un point chacun et 36 buts encaissés à eux deux. D'accord, ils n'avaient pas des groupes faciles - en tant que résident du chapeau 4, Montpellier aurait quand même pu tomber sur nettement pire -, mais nos deux représentants terminent derniers de leurs poules derrière des clubs comme le Bate Borisov et l'Olympiakos, qui ont gagné trois de leurs quatre matches contre les Français. C'est ça, qui est très inquiétant.

Du coup, la France termine avec un bilan négatif, une nouvelle fois, avec 6 succès, 2 nuls et 10 défaites. Dans le même temps et avec le même nombre de clubs, l'Allemagne a signé 11 succès, 6 nuls et une seule défaite, avec trois qualifiés sur trois, tous premiers de leur poule ! Le Portugal qui, comme la France, qualifie un seul club sur trois, fait également mieux, avec 7 succès, 3 nuls et 8 défaites. Ne pas qualifier ses trois clubs soit, mais perdre plus de la moitié de ses matches, c'est vraiment moche. Avant les huitièmes, la France a déjà concédé autant de défaites que sur toute la saison dernière. Il n'y a qu'en 2010-2011 (11), en 2003-2004 (11) et en 2000-2001 (13) qu'on a perdu plus de 10 matches en une saison de C1. Mais on avait joué respectivement 22, 29 et 30 matches ces saisons là, contre 18 cette année ! Il faudrait vraiment un superbe parcours du PSG pour rattraper ce bilan catastrophique, c'est dire si cette option reste hypothétique...

Un renouvellement européen ?


Notre unique club français qui devra donc affronter dans les tours finaux trois Allemands, on l'a vu, mais aussi quatre Espagnols (sur 4), deux Italiens (sur 2), deux Anglais (sur 4), et un Portugais (sur 2), un Ukrainien (sur 2), un Écossais et un Turc, qui étaient les seuls représentants de leurs pays. L'année dernière, il y avait deux Français en huitièmes (Lyon et Marseille), qui côtoyaient trois Italiens (Milan, Naples et l'Inter), deux Espagnols (Real et Barça), deux Allemands (Bayern et Leverkusen), deux Anglais (Chelsea et Arsenal), deux Russes (CSKA et Zenit), un Portugais (Benfica), un Suisse (Bâle) et un Chypriote (APOEL). Cinq clubs seulement ont renouvelé leur billet (Milan, Real, Barça, Bayern et Arsenal), soit un taux de 31,2 %, une très nette chute puisque l'an dernier, 9 clubs sur 16 avaient réalisé le doublé entre 2010-11 et 2011-12. Si un seul club est bizut à ce niveau (Malaga), le PSG n'avait plus  passé le premier tour depuis 2001, le Celtic depuis 2008, Dortmund depuis 2003 et Galatasaray depuis 2002 ! Soit presque un tiers du plateau final absent à ce niveau depuis cinq ans, et un quart depuis dix ans... On peut appeler ça un renouvellement, oui.

En huitièmes, le club parisien aura le choix entre un club à éviter à tous prix (le Real Madrid), Milan, Arsenal, Valence, le Shakhtar Donetsk, le Celtic Glasgow ou Galatasaray. On voit d'un coup d’œil ce qui ressemble à un bon tirage d'un mauvais, et je mets les Ukrainiens, qui n'en ont que le nom car c'est une véritable équipe brésilienne, sur le plan offensif surtout, dans les mauvais. Disons allez, dans les moyens durs, avec Valence. Ça fait donc cinq tirages foireux sur sept, le PSG peut commencer à prier...

Le gros bilan du PSG

Pourtant, il pourrait s'appuyer sur sa campagne dans une poule certes à sa portée, mais où il fallait quand même aller s'imposer à Kiev, ce qui n'est pas donné à tout le monde, ou battre Porto, ce qui n'est également pas une sinécure. D'ailleurs, le manque de reconnaissance de ce joli parcours par les médias ne cesse de m'étonner. Manifestement, il leur paraît normal que le PSG ait signé le meilleur parcours du plateau, avec 15 points pris sur 18, la troisième
attaque (14) et la meilleure défense (3), mais combien de clubs français ont pu se targuer d'un tel bilan, surtout en sortant du chapeau 3, je le rappelle ? Pas sûr qu'il aurait pu réussir un tel parcours s'il était tombé dans le groupe du Real Madrid, comme ça a failli être le cas, mais quand même ! L'année dernière, le meilleur total d'un club français était de 10 points, pour Marseille, qui s'était qualifié aux dépends de l'Olympiakos et Dortmund. Bordeaux en avait glané 16 en 2009-2010, et terminé premier de sa poule devant le Bayern et la Juventus, remarquable performance. Lyon en avait signé autant en 2005-2006 et terminé devant le Real, comme l'année suivante, mais avec 14 points. Voilà, c'est tout ce que j'ai trouvé comme précédent français depuis l'instauration du premier tour à 8 poules, en 1999.

Au classement, le PSG devance deux clubs allemands, Dortmund (14 points) et le Bayern (13), qui lui devance Valence, Barcelone et Porto à la différence de buts. Suivent la Juve, Malaga, Schalke et Manchester United (12), et le Real (11). Les plus "mauvais qualifiés" sont Donetsk, Arsenal, le Celtic et Galatasaray (10) et surtout le Milan AC, qui passe avec 8 points, et qui se classe seulement 19e sur 32. Il y a donc trois clubs qui font mieux que les Lombards mais qui sont éliminés, Chelsea (10), un tenant du titre qui confirme à quel point son succès au printemps dernier était miraculeux, et même un peu scandaleux au niveau du jeu, Cluj (10) et l'Olympiakos (9).

Les Anglais confirment leur baisse

On l'a vu, les clubs anglais n'ont pas brillé, avec deux éliminés, et pas des moindres (Chelsea et City). Le second nommé a certes particulièrement raté sa campagne, avec 3 petits points, mais a pour circonstance légèrement atténuante le fait qu'à chaque fois, il tombe dans le groupe de la mort. Mais si l'année dernière, il avait eu le malheur d'être éliminé avec 10 points, soit le maximum qu'on puisse avoir pour être éliminé, cette année il a foiré sur toute la ligne, puisque des clubs à sa portée comme Dortmund et l'Ajax font mieux que lui...

Par pays, c'est l'Espagne qui a pris le plus de points (49 en 24 matches) devant l'Allemagne (39 en 18) et l'Angleterre (35 en 24). Cette dernière n'a gagné que 10 matches et en a perdu 9, une très mauvaise performance selon ses canons habituels. Elle a marqué 42 buts mais en a encaissé 35, dont 11 pour City et 10 pour Chelsea, là encore un chiffre inquiétant. La saison dernière, avec un club en moins, elle en avait encaissé 36 mais en 33 matches, et n'avait perdu que 7 matches sur toute la saison. A noter également la mauvaise saison des deux clubs russes, tous deux éliminés avec 10 points, 3 succès pour 8 défaites, et qui font moins bien que leurs voisins et rivaux ukrainiens (1 qualifié sur 2, 15 points, 4 succès, 5 défaites).

Indice majeur de la baisse de niveau des clubs anglais, le fait que depuis deux saisons, elle est dominée par l'Espagne, alors qu'Albion a dominé tous les classements par points cumulés depuis 2006, date à laquelle elle avait succédé à... l'Espagne, qui elle-même avait pris la place
de l'Angleterre, et ainsi de suite. La dernière fois qu'un autre pays que ces deux là avait dominé ce classement, c'était en 1999, et il s'agissait de l'Allemagne. Cette année, les trois clubs portugais, malgré deux éliminés, se classent quatrièmes (24 points), devant les deux clubs italiens, qui sont passés tous les deux mais avec les pires difficultés du monde (20 points en 12 matches). La France est donc 6e avec ses 20 points également, mais avec trois clubs et une différence de buts négative (-4). Sa place habituelle est plutôt la cinquième, ce qui fut le cas lors des deux saisons précédentes, elle qui fut quatrième en 2009-2010. Il s'agit donc de son plus mauvais classement depuis 2009 (6e). Elle est donc à la lutte avec le Portugal (1 club) et l'Italie (2) pour les 4e et 5e place pour cette saison, qui est loin d'être terminée...

La surprise Burak Yilmaz

Passons aux buteurs à présent. Si la présence en tête de Ronaldo n'est pas une surprise, celle à ses côtés avec 6 buts du Turc de Galatasaray Burak Yilmaz, 27 ans, l'est un peu plus. Surtout que le champion de Turquie n'a inscrit que 7 buts dans sa poule ! Pourtant, si on regarde un peu le pedigree du garçon, on constate que s'il n'avait encore jamais brillé au niveau européen (aucun but en trois matches avec Trabzonspor l'année dernière dans la poule de Lille), il est extrêmement efficace en championnat depuis trois saisons (62 buts en 76 matches !), et qu'il en est à 36 buts sur l'année civile, soit autant que Huntelaar ou Van Persie par exemple.

Les deux hommes en devance trois autres à 5 buts, Messi, tenant des quatre derniers titres en la matière (!), Alan (Braga) et Oscar (Chelsea). Huntelaar (Schalke), Jonas et Soldado (Valence), Lewandowski (Dortmund) et Willian (Donetsk) en sont à 4. On constate donc la présence de 4 Brésiliens dans les 10 premiers ! Le premier Français, sans surprise, se nomme Benzema (3), devant Ménez (2) et Charbonnier, Giroud, Hoarau, Matuidi, Mexès, Ribéry et Sidibé, le jeune latéral lillois, unique buteur français de son équipe. Ce qui fait 13 buts, le pire chiffre depuis 1999 (6). La saison n'est certes pas finie, mais le score de l'année dernière était de 24 et celui de l'année d'avant, de 37, par exemple...

Enfin, notons la très grosse différence de buts qui a marqué ce premier tour (2,96), une moyenne inconnue dans les cinq grands championnats. Depuis 1991 et l'instauration de poules en C1, la moyenne générale est de 2,65, et les scores des années précédentes étaient de 2,76 l'année dernière, 2,84 en 2011, 2,56 en 2010 ou 2,64 en 2009 et 2008. Il s'agit tout simplement d'un record, même si l'arrivée des matches couperets pourraient bien faire baisser ce chiffre, comme souvent. On a ainsi marqué quasiment autant de buts uniquement durant ce premier tour (284) que durant toute la saison 2005-2006 (285, soit 2,28 par matches) !

Voilà, sur ce je vous laisse, à plus tard !

lundi 26 novembre 2012

Les buts étrangers en Europe


Salut à tous,

Comme vous le savez, j'apprécie particulièrement de découper le football en tranches grâce aux chiffres, le seul moyen totalement objectif, a priori, pour décortiquer quelque chose, et notamment un sport. Un chiffre n'a pas de club préféré, pas d'a priori, pas de fatigue oculaire, pas d'"impression visuelle"... le chiffre ne dit pas tout, mais il ne peut pas se tromper. C'est mathématique. Seul celui qui les manipule peut le faire.

Ce soir, je voudrais revenir sur la saison dernière, à travers un prisme qui, selon moi, en dis beaucoup sur le niveau, la culture et le visage de chacun des cinq grands championnats : le nombre et la nature des buts marqués par les étrangers dans leur compétition respective. Vous allez voir, c'est extrêmement parlant.

L'Afrique reine en France, ignorée en Italie

Parlons d'abord de la Ligue 1, qui se démarque par rapport à celui de ses voisins sur un point sur lequel je reviens souvent ici : l'importance des buts africains qui le caractérise, phénomène qui est complètement absent dans les quatre autres championnats. L'Afrique est
devancée par l'Europe en Allemagne et en Angleterre, et par l'Amérique du Sud et l'Europe dans les pays latins, l'Espagne et l'Italie. L'Amérique du Sud, deuxième en France, est troisième dans les pays anglo-saxons cités plus haut, et première chez les latins. Ceci présenté, on assiste déjà à la singularité de la Ligue 1 : l'an passé, il y avait 11 pays africains dans les 15 pays les plus représentés dans son classement des buteurs, contre 3 sur 17 en Allemagne, 4 sur 15 en Angleterre et en Espagne, et un seul dans les 23 premiers en Italie. En revanche, s'il n'y avait qu'un seul européen dans les 12 premiers en Ligue 1, il y en avait 11 sur 17 en Allemagne et 13 sur 20 en Angleterre. Il y avait également deux sud-américains dans les 20 premiers en France, 2 sur 19 en Allemagne, 1 sur 18 en Angleterre, contre 7 sur 12 en Espagne et 5 sur 7 en Italie !

Un petit crochet sur le taux de buts étrangers dans ces 5 pays : la France fermait la marche avec 47,8 %, derrière les deux latins, l'Espagne (50,6) et l'Italie (51,5), quand l'Allemagne (58,6) et l'Angleterre (64,9) voient une nette majorité de buteurs étrangers briller sur leurs pelouses. Difficile d'expliquer ce phénomène, une meilleure santé financière peut-être, mais c'est comme ça. En tous cas là encore, on note une fracture entre les meilleurs championnats du nord et ceux du sud, la France, malgré son originalité et ses racines latines, semblant plutôt emprunter le chemin de ceux du nord pour l'instant.

L'Argentine, évidemment

Si on additionne les buts étrangers de ces cinq grands championnats, l'Argentine l'emporte très largement : 363 buts, contre 199 pour le Brésil, son dauphin, qui devance les Pays-Bas (112) et... la France (103). Cette dernière réussit donc l'exploit d'être extrêmement bien classée alors qu'elle n'est logiquement pas représentée dans son propre championnat, comme l'Espagne, 11e avec 59 buts, l'Allemagne, 34e avec 23 buts, l'Italie, 38e avec 22 buts, et l'Angleterre, 70e avec... 4 buts, tous inscrits par le Lillois Joe Cole en Ligue 1 ! La France qui est 14e en Allemagne (13 buts), 7e en Angleterre (38), 4e en Espagne (38 également) et 9e en Italie (14). Dans le même temps, les Argentins sont 2e en France (45), comme cette saison d'ailleurs, seulement 45e en Allemagne avec 1 petit but, 2e en Angleterre (47) et largement première dans les deux championnats latins, avec 122 en Espagne (Messi oblige...) et... 148 en Italie ! La filiation entre l'Italie et l'Argentine, qui parle déjà dans les patronymes argentins, est très forte depuis un petit moment. Tout comme avec l'Uruguay.

Dans ce classement général, on notera que le Sénégal fait mieux contre le Portugal de
Ronaldo (90 contre 89 buts), les Lions étant très présents en France (28) mais aussi en Angleterre (33), alors que le Portugal ne brille quasiment qu'en Espagne (69). On note aussi les contre-performances de pays habituellement habitués à être pillés par les grands championnats, la Serbie (35), la République Tchèque (26), la Roumanie (21), la Bulgarie (16) ou la Russie qui, avec 10 petits buts, est coincée entre le Kenya (11) et la Slovénie (9). En revanche, belles performances de pays moins attendus comme l'Autriche, très présente en Allemagne évidemment (36 sur 41), le Japon, également brillante outre Rhin (24 sur 30), le Mexique (29) ou Israel (24), nouvelles cibles des recruteurs européens.

L'Allemagne européenne, l'Italie argentine

Allons par pays à présent. On a vu la Ligue 1, passons à l'Allemagne. Quatre pays européens monopolisent les quatre premières places (Pays-Bas, 51, Pologne, 38, Autriche, 36, Croatie, 35). Soit un recrutement très local, a priori. Les Européens avaient d'ailleurs marqué 330 des 513 buts européens, soit plus de 64 %, le plus gros taux des cinq championnats, devant l'Angleterre (62). La Bundesliga qui n'hésite pas à s'ouvrir pourtant au football asiatique, avec le Japon, 7e pays le plus représenté (24), la Corée du Sud (18e avec 10 buts) et l'Iran (3 buts). Si le Brésil est en difficulté à la 8e place (il est 21e en Angleterre, mais premier en France, 3e en Espagne et en Italie), l'Argentine, je l'ai dit, est quasi inexistante (1 but). En revanche, le Pérou de Pizarro, lui, est très bien placé (5e avec 28 buts), une autre tradition allemande.

Du côté anglais, là aussi les Européens sont très présents, mais doivent quand même laisser la 2e place à l'Argentine (47, comme les Pays-Bas) et au Nigeria, 5e (41). La surprise provient du vainqueur en Angleterre : l'Irlande (52 buts), qui est totalement absente des quatre autres championnats ! C'est d'ailleurs une autre caractéristique du football anglais, qui ne date d'ailleurs pas d'hier et qui a bien résisté à la folle mondialisation qui a frappé l'Angleterre, comme ses voisins : les quatre autres sujets du Royaume y marquent leurs seuls buts, à l'image de l'Irlande, donc, mais aussi l’Écosse (4e avec 46 buts), le Pays de Galles (5e avec 41) et l'Irlande du Nord (5). Ces quatre pays n'ont marqué qu'en Angleterre, un cas quasi unique, avec les 16 buts de l'Islande, également en Angleterre, ou les 22 buts gabonais et les 18 Burkinabé en Ligue 1 A noter également que les Italiens y signent leur meilleur total (13 sur 22), tout comme les Espagnols (35 sur 59) et même la France (38 sur 103, comme en Espagne). Signe que la Premier League est peut-être au-dessus des autres, c'est la seule où les ressortissants des quatre autres grands championnats y brillent, hormis l'Allemagne (3).

Passons à l'Espagne. Logiquement, les chiffres stratosphérique de Messi (50) et Ronaldo (46), uniques en Europe, influent sur le classement des pays, dominés par l'Argentine (122) et le Portugal (69). La France de Benzema y signe son meilleur classement (4e avec 38 buts), derrière le Brésil (55). Parmi les 5 pays sud-américains présents dans les 7 premiers, notons l'étonnante 6e place du Venezuela, qui marque autant que la Colombie de Falcao (26) ! Les Mexicains y sont également très présents (17 buts). Enfin, la Liga est le championnat où le moins de pays étrangers sont représentés : 30 l'an dernier, contre 38 en France, 39 en Angleterre, 52 en Allemagne et 53 en Angleterre. Les 531 buts étrangers marqués en Liga sont donc concentrés chez les trois premiers (246, soit 46,3 %, contre 31 en Ligue 1, 24,4 en Allemagne, 21 en Angleterre et... 49 en Italie).

La Serie A qui ressemble donc pas mal à la Liga, avec cependant une plus grande importance des buts argentins, on l'a vu (148), qui domine nettement son dauphin et voisin, l'Uruguay (50), et le Brésil (47). Un trio sud-américain, donc, qui ne laissait que 30 buts au quatrième, la Suède d'Ibrahimovic, qui brillait au Milan AC l'an dernier (28 buts). Le Chili (25 buts, 5e) et la Colombie (18 buts, 7e) complètent le quintet des 5 sud-américains dans les 7 premiers, comme en Espagne. Bon classement également du Monténégro (22 buts, 6e). Le niveau très très faible des buts africains choque un peu (19 buts, dont 11 pour le Ghana. On sait que les supporters racistes y ont une grande influence, notamment à la Lazio, ceci explique peut-être cela.

Voilà, j'espère vous avoir un peu éclairé ! Dites moi ce que vous en pensez !

A plus tard !

mardi 20 novembre 2012

La France clôt sa saison


Salut à tous,

Revenons un peu sur ce match de la France en Italie, et d'une manière générale sur cette nouvelle année internationale pour les Bleus.

Les Bleus à l'Italienne

D'abord ce match, donc. Au milieu d'une série de trois matches face à trois demi-finalistes du dernier Euro, dont les deux finalistes (Espagne, Italie et Allemagne en février prochain), la France a bien négocié un match qui s'annonçait compliqué, même si l'historique des rencontres amicales entre les deux pays disait l'inverse. S'ils ont perdu leurs deux dernières confrontations officielles contre la Squadra, les Bleus n'ont en effet plus perdu un match amical contre son voisin depuis 50 ans, soit six rencontres (3 succès, 3 nuls), dont quatre jouées de l'autre côté des Alpes.

Et cette tradition s'est confirmée dans ce match à Parme, qui, malgré l'enjeu d'un derby, le 37e du nom, restait un match amical. Et ce, d'une seule et fondamentale façon : la deuxième mi-temps, marquée par douze changements, dont 10 entre la 50e et la 73e minute. Comment voulez-vous sérieusement juger une partie, aussi prestigieuse soit-elle, quand plus de la moitié des équipes de départ ne terminent pas la rencontre, voire même ne dispute pas le dernier quart d'heure ? En plus de découper en rondelles une mi-temps - un changement toutes les 4 minutes - le jeu n'est évidemment plus le même. La France a commencé avec une attaque Sissoko-Valbuena-Ribéry-Giroud, elle a terminé avec Ménez-Gourcuff-Trémoulinas-Gomis...

Ces considérations évoquées, passons à ce match qui confirme le regain de confiance, sinon véritablement technique, des Bleus. Là encore, ce n'est pas nouveau : depuis plus de deux ans, la France n'a perdu contre quasiment aucune des grosses écuries qu'elle a affronté, à savoir l'Angleterre (1-2), le Brésil (1-0), l'Allemagne (1-2)... et même l'Espagne le mois dernier (1-1), même si cette dernière lui avait donné la leçon à l'Euro (2-0). Rien de nouveau, parce qu'on se rend compte que lorsqu'il s'agit de subir, de laisser le ballon, de faire parler son bloc, la France est au niveau. Le problème se situerait plutôt pour les matches où elle doit faire le jeu. Elle avait montré des progrès contre le Bélarus (3-1), mais sa défaite contre le Japon (0-1) après son nul contre l'Uruguay (0-0) confirment que lorsque c'est à elle de se faire une place dans un bloc fermé, ça se complique sérieusement. D'ailleurs, la France de Deschamps marque très peu pour l'instant (7 buts en 6 matches).

Les deux matches contre l'Espagne puis l'Italie se ressemblent un peu, même si la notion d'"amicalité" pour le second change beaucoup de choses, on l'a dit. A chaque fois, on ne donnait pas cher de la peau des Bleus, et la pression était donc relative, même si la confiance était meilleure la semaine dernière en raison du très bon résultat de Madrid. A chaque fois, on a plus ou moins souffert en première mi-temps, tout en livrant un gros match physique et tactique, gênant ces deux redoutables adversaires dans l'élaboration du jeu, y parvenant à chaque fois plus en deuxième mi-temps qu'en première. La grosse satisfaction, ce sont les deux matches de mammouth de Matuidi au milieu. Son pressing, sa science de l'interception en font un des grands architectes de ces deux matches réussis. Quitte actuellement à tirer la langue avec le PSG...

Et à chaque fois, on s'est montré efficace sur les quelques occasions qu'on s'est procuré, plutôt à Parme qu'à Madrid d'ailleurs. A ce titre, l'entrée en jeu de Gomis est assez symbolique, et surtout son but, fruit de son profil, assez rare finalement en France, de chasseur des surfaces que Benzema ne sera jamais, et Giroud pas trop non plus, par manque de vivacité. Le Lyonnais est un combattant, qui ne cesse d'user la défense par ses appels, son jeu dos au but et son activité, et qui est toujours présent sur les ballons qui trainent, parce qu'il les sent, tous simplement. C'est ce qui fait que Gomis, malgré un statut pas toujours définit à Lyon, n'a jamais marqué moins de 10 buts par saison depuis 2006 en Ligue 1 ! Une qualité dénigrée en France, mais souvent très utile pour gagner ce genre de matches âpres, où les occasions sont rares. Un talent... tout italien, et que ne possède pourtant pas non plus le nouveau fer de lance italien, Balotelli. Joli symbole, quand même, de gagner de cette manière sur le sol italien.

Valbuena aussi, bien sûr, a marqué des points. Moi qui ait toujours été circonspect face à un joueur certes spectaculaire et très actif, mais qui n'a jamais possédé des statistiques susceptibles de m'impressionner, j'ai évolué. Si on enlève ses passes décisives sur coup de pieds arrêtés, il demeure un bon passeur, sans être une machine à passe. Et son nombre de buts (1 cette saison en Ligue 1, jamais plus de 5 par saison auparavant) n'a jamais défrayé la chronique. Bref un attaquant plus joli à voir que véritablement efficace, et qui plus est énervant par son aptitude à plonger au moindre coup de vent. Mais depuis deux ou trois saisons, il est devenu plus efficace, et sa place en équipe de France est logique, surtout qu'il y marque finalement souvent (3 buts en 18 sélections, un toutes les 300 minutes contre un toutes les 458 minutes au total).

En l'absence de Nasri, sa place dans un 4-2-3-1 est parfaitement légitime, surtout avec Ménez à droite et Ribéry à gauche. Après, il est toujours difficile d'écarter Benzema de la pointe, malgré son inefficacité chronique en Bleu... Au milieu, on peut imaginer que Cabaye et Matuidi, avec éventuellement un Diaby comme alternative, ont pris de l'avance pour composer la future ossature de l'équipe, qui en a cruellement besoin.

Revenons à présent sur cette année en Bleu...

La France dans la moyenne

Comme en 2010, avec le passage de relais entre Raymond Domenech et Laurent Blanc, 2012 est une année double, avec les six premiers mois, marqués par des matches amicaux, l'Euro et le remplacement de Blanc par Didier Deschamps, puis les six suivants, avec le début réussi des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2014, et quelques matches amicaux diversement réussis.

Au total, l’Équipe de France a signé une bonne saison (1,92 points par match, 8 succès, 3 nuls et 3 défaites), dans la lignée des dix années précédentes (1,99)., mais moins bien qu'en 2011 (2,08). Mais l'Euro, et ses deux défaites en quatre matches, pèse lourd dans la balance. Malgré cela, le bilan de Laurent Blanc est meilleur que celui de son successeur : 5 succès, 1 nul et 2 défaites, soit 2 points par matches ; et 3 victoires, 2 nuls et 1 défaite pour Deschamps (1,33). Le nul contre l'Uruguay (0-0) et la défaite contre le Japon (0-1) font des dégâts. Didier Deschamps qui a également du mal à faire marquer son équipe : 7 buts en 6 matches, dont 3 contre le Bélarus (3-1), soit 1,17 par match, le deuxième pire chiffre de l'histoire pour un sélectionneur français. Avec 0,66 buts encaissés par matches, il fait aussi un peu moins bien que Blanc (0,63), lui-même devancé par Santini (0,46) et Jacquet (0,51).
 
Une attaque toujours en berne

Au total, la France a marqué 21 buts, soit 1,5 buts par match, la même moyenne que sur les dix saisons précédentes (21,4 buts par an, 1,59 par match), et un meilleur chiffre qu'en 2011 (1,31). Mais la France n'a plus marqué plus de 1,5 buts par matches depuis 2006 (1,76) et plus de 2 depuis 2003 (2,86). Cette dernière année est aussi la dernière qui a vu un joueur dépasser les 8 buts sur une saison (Henry, 11). Depuis, seul... Henry en a marqué plus de 5, en 2006 (8). Et depuis 2008, personne n'a fait mieux que 4 (Henry puis Gignac, 4, Benzema puis Rémy l'an dernier, 3). Cette saison, le meilleur buteur français se nomme Franck Ribéry, auteur de 4 buts contre l'Islande (3-2), la Serbie (2-0), l'Estonie (4-0) et le Bélarus (3-1). Il s'agit de sa meilleure saison dans ce domaine, après n'avoir marqué aucun but en 2010 et 2011, lui qui compte désormais 11 buts en sélection.
 
Il devance en 2012 Benzema, Malouda, Ménez et Giroud (2). Le Madrilène, qui n'a inscrit qu'un doublé contre l'Estonie (4-0), n'a marqué que quatre fois en deux ans, et 7 fois en trois. Avec 15 buts, il se situe au 17e rang des meilleurs buteurs en Bleu, à égalité notamment avec Revelli ou Rocheteau. Mais avec le même nombre de sélections que Papin (54), il compte exactement moitié moins de buts (15 contre 30). En revanche, il est co meilleur passeur des Bleus (5 passes), à égalité avec... Ribéry, et devant Giroud (3). Avec 16 passes décisives dans le jeu, la France signe son meilleur chiffre depuis 2006 (17).
 
Par ailleurs, la France a encaissé 12 buts, contre 5 en 2011, un classique lors des années paires depuis 2008 (16, puis 13 en 2010), en raison de grands tournois ratés. Mais, depuis 2008, elle tourne à 0,8 buts encaissés par match, contre 0,60 entre 1993 et 2007. Il faut dire que le manque de certitudes en défense, notamment dans l'axe, ne doit pas beaucoup aider. Ainsi, le duo inamovible de Laurent Blanc, Rami-Mexès, a complètement disparu après l'Euro, au profit notamment de Sakho (5 sélections sur 6), Yanga-Mbiwa puis Koscielny (3 et 4). En attendant Varane...

Franck Ribéry, en plus d'être le meilleur buteur et passeur des Bleus, est aussi le seul à avoir joué les 14 matches de l’Équipe de France en 2012 (12 titularisations, 6 matches complets). Il devance Lloris (13), Benzema et Ménez (12), Debuchy et Giroud (11), et Cabaye (10). Huit joueurs n'ont connu qu'une cape, Abidal, Briand, Diaby, Mandanda, Saha, Amalfitano, Chantôme et Trémoulinas, ces trois derniers découvrant le maillot bleu cette année, avec Capoue (4), Jallet et Yanga-Mbiwa (3). Le plus ancien Bleu sélectionné en 2012 se nomme Mexès, qui a débuté en 2002. Mais 18 des 38 joueurs appelés ne l'avaient jamais été avant 2010, et seulement 15 seulement comptent au moins 20 sélections : c'est ce qui s'appelle une équipe en construction, encore.

Le PSG et la Premier League, les patrons

Pour la première fois depuis 1996, le PSG est le club le plus représenté cette saison en Bleu. Le club parisien compte 27 capes, contre 24 à Lyon, 17 à Marseille, 15 à Lille et Newcastle. Le PSG est le sixième club le plus représenté de l'histoire des Bleus (433), toujours dominée par Marseille (707). A noter que si Lloris n'avait pas quitté Lyon cet été, l'OL aurait une nouvelle fois dominé tout le monde, comme c'était le cas depuis 2005 sans discontinuer. Bordeaux (Trémoulinas) et Barcelone (Abidal) ne comptent qu'un sélectionné, le plus mauvais chiffre des deux clubs depuis 2007 et 2003. A noter les très bons scores de Lille (15), son record depuis 1952 (18), Montpellier (10, son deuxième meilleur chiffre après 1990, 11) ou de Newcastle, qui n'avait jamais été aussi représenté (15).

Les années passant, le taux de présence des joueurs de Ligue 1 augmente, lentement mais sûrement. Depuis les 10,1 % de 2002, un record, il n'a quasiment jamais cessé d'augmenter. Il est passé à 35 % en 2004, 44 en 2008, 50,5 en 2010, 51,6 en 2011 et 53,1 cette saison. Il s'agit de son meilleur chiffre depuis 1996 (30 %), soit le début de l'arrêt Bosman. Depuis le début de la décennie, la Ligue 1 est légèrement majoritaire (48,2 %). Le pays étranger ayant le plus souffert de cette invention de tendance est sans doute l'Italie qui, sans les 7 sélections de Philippe Mexès, n'aurait au aucun sélectionné en Bleu cette saison. Cela fait six ans que le Calcio n'a plus compté plus de 10 sélectionnés français dans ses rangs. En revanche, la Premier League est toujours aussi puissante (58). Ce n'est pas par hasard si, depuis l'arrêt Bosman, deux des trois clubs les plus représentés en Bleu sont Arsenal (406) et Chelsea (294), qui entourent Lyon (360). La Liga, elle, vivote avec 21 sélectionnés, devant la Bundesliga (14), uniquement représentée par Ribéry (Bayern).

Je vous laisse !

samedi 17 novembre 2012

La perfection Ibrahimovic

Bonjour à tous,

Après cette nouvelle semaine fructueuse (je ne suis pas revenu sur ce très bon match des Bleus en Italie parce que c'était juste un match amical et que j'étais pas mal occupé, mais j'y reviendrais prochainement, promis) et avant cette 13e journée de championnat, revenons sur le double évènement de la semaine : le quadruplé de Zlatan Ibrahimovic contre l'Angleterre, en amical là aussi (4-2), et le quatrième but absolument dingue du du Suédois.

D'abord quelques chiffres, si vous le voulez bien. En plus, vous en avez l'habitude avec moi.

Ça porte son total en sélection à 39, en 85 sélections, sachant qu'il en avait mis que 4 lors des 16 premières. A l'orée de l'Euro 2012, il en était juste à 33 en 80 sélections, de bons chiffres, mais un peu éloignés des codes des meilleurs buteurs mondiaux, qui se rapprochent plus, en général, des 0,50 buts par matches. Mais sur les six derniers mois, Ibra s'est rapproché de ce rapport, en inscrivant 6 buts en 5 sélections. Dont ce quadruplé, donc. Sur l'année civile, Ibrahimovic finit avec 11 buts en 11 sélections. Dans les grandes sélections mondiales, seul le Brésilien Neymar (9) et évidemment Lionel Messi (12), possèdent des chiffres comparables.

Avec ses 39 buts, donc, il serait le troisième meilleur buteur français de l'Histoire (derrière Henry, 51, et Platini, 41), et il est également le troisième suédois, derrière Sven Rydell (49 buts en... 43 matches, entre 1923 et 1932) et le mythique Gunnar Nordhal, ex grand attaquant du Milan AC dans les années 50, et auteur de 43 buts en 33 sélections, de 1942 à 1948, avant son expérience italienne donc (49-56) ! Tout simplement parce que l'époque, seuls les joueurs évoluant en Suède étaient retenus... Surtout, en une soirée, Ibrahimovic a non seulement rejoint mais dépassé un autre mythique attaquant suédois, fils d'immigré lui aussi, Henrik Larsson, auteur de 37 buts entre 93 et 2009, en 106 sélections.

A noter qu'au sein de la sélection suédoise, on compte quand même quelques belles gâchettes, comme Markus Rosenberg (0 but en 3 sélections), Johan Elmander (2/6) ou Ola Toivonen, l'excellent attaquant du PSV Eindhoven, encore méconnu mais pas pour longtemps (2/8). Mais les deux suivants au classement des buteurs suédois cette année se nomment Tobias Hysen et Sebastian Larsson. Deux milieux, crédités de 3 buts chacun. L'année dernière, ils étaient 6 meilleurs buteurs à 3 buts, dont déjà Hysen, Larsson, Elmander et... Ibrahimovic. Plus que n'importe quelle année depuis 10 ans, et à l'image de l'Euro, Ibra a vampirisé toute l'attention en sélection. Comme au PSG, en quelques sortes... Est-ce facile ou difficile à vivre pour des internationaux en général confirmés, des trentenaires bien installés, réduits au rôle de spectateurs du phénomène ? Une bonne question que voilà, quelque soit les résultats.  En tous cas, sur les quatre buts, on ne compte qu'une seule passe décisive d'un de ses partenaires, signée du vétéran (36 ans) Anders Svensson...

Par ailleurs, je trouve que la Suède est une sélection parfaite pour lui : peu d'égos pour le gêner, une attitude bienveillante à ses frasques... il aurait joué pour l'Italie ou même la France, tout serait serait nettement moins bien passé, ne serait-ce que dans les médias. Les caractères étrangers amusent les médias français, les caractères locaux en revanche, beaucoup moins. Sauf quand ils prennent leur retraite, comme pour Cantona par exemple...

Maintenant, revenons sur ce but d'extraterrestre. Au passage, je ne souhaite à aucun extraterrestre, aussi souple soit-il, de tenter un tel geste, sans avoir une bonne assurance vie. Pas sûr que ET ait pu marquer un but pareil. Pour que ce but ait pu avoir lieu, plusieurs paramètres ont du intervenir.


- D'abord, que l'Angleterre soit menée, et déplumée. On joue la 91e minute, le score est de 3 à 2 pour la Suède, qui a pourtant été menée (1-2) de la 38e à la 78e minute ! L'Angleterre fait le forcing et joue haut, notamment ses latéraux, avec pourtant en défense quelques débutants comme Carl Jenkinson (Arsenal), Ryan Shawcross (Stoke) et même l'attaquant Wilfried Zaha, Ivoirien d'origine et qui évolue à... Crystal Palace, en Championship, où il ne marque même pas beaucoup (4 buts en 15 matches) et de Steven Caulker (Tottenham), auteur du premier but, mais qui n'était plus là au moment de l'effondrement de son équipe, après sa sortie à la 74e à la place de Shawcross, donc. Bref, une équipe d'Angleterre, certes, mais qui n'en avait pas forcément le talent. Une nouvelle preuve d'absence de profondeur d'effectif pour le onze de la Rose, la Premier League comptant un très grand nombre de joueurs étrangers. Son meilleur buteur se nomme Danny Welbeck, qui a marqué son 5e but de l'année en sélection, mais qui n'a joué que 697 minutes avec Manchester United cette saison, soit l'équivalent de 7,7 matches, lui qui doit se faire une place entre Van Persie, Rooney ou Hernandez... avec à la clé un petit but.

- Ensuite, conséquence logique du paragraphe précédent, une défense pas terrible, et notamment son gardien. Un long ballon suédois, aucun des deux défenseurs anglais qui devancent Ibra n'intervient, contrairement à Joe Hart qui sort de son but pour jouer le ballon de la tête. Mais son coup de casque n'est pas assez puissant, loin de là, puisque le ballon n'effectue qu'un court trajet lobé, ce qui offre le cuir à Zlatan, ou plutôt un petit peu derrière lui. Dans le même temps, Hart recule vers son but, mais il est trop loin. Ses deux défenseurs, Cahill et Caulker - les deux latéraux, Jenkinson et Baines, sont trop loin - sont plus proches du but, car ils n'ont cessé de reculer. Quand Ibrahimovic tente son retourné, à la fois puissant et lobé, il lobe Hart et Cahill, mais Shawcross se précipite pour sauver le ballon, il est à deux doigts de le toucher. Mais il arrive trop tard.

- Il faut aussi que ce soit un match amical, que son équipe mène, et qu'il soit un peu dingue. Que risque-t-il, au pire ? Se démettre une vertèbre en retombant ? Il possède un corps exceptionnellement solide, même à 31 ans, et il en a vu d'autres. Rater son geste ? Pas grave, même si il avait tiré juste à côté ou que Shawcross ou un autre aient pu l'intercepter, on aurait quand même crié au génie, comme pour le lob de Pelé sur Ivo Viktor ou son grand pont sur le gardien uruguayen lors du Mundial 70, à chaque fois des gestes fabuleux mais... ratés. Et si ça avait été manqué, vu la difficulté du geste, qu'aurait-on pu lui reprocher ? De ne pas avoir gardé le ballon, vu que son équipe tentait de garder un résultat ? C'était trop tentant : le but été déserté, le gardien et les défenseurs en étaient loin et lui avait le ballon, pourquoi pas ? Un bon joueur bien sage aurait peut-être essayé de contrôler la balle, laissant la défense anglais se remettre en place mais glanant quelques précieuses secondes. Un grand joueur tente sa chance. Ça réussit, il est génial, et la Suède est à l'abri. Ça rate, il est génial parce qu'il a tenté, ça fait six mètres pour l'Angleterre, ce qui offre quand même quelques secondes à la Suède. Deux façons de penser le football. Pour ma part, j'ai choisi la mienne.

- La réussite, bien sûr, comme dans toute entreprise de ce type, toute prise de risque. Marquer un coup-franc, voire même un penalty, convoque également la réussite. Marquer de loin comme de la tête, il faut avoir la baraka. Mais là, tout s'accumule. J'ai déjà parlé du comportement peu efficace de la défense anglaise sur le coup, ce qui revient à de la chance pour Zlatan. Il faut aussi que le ballon lui revienne parfaitement. Il faut qu'il réussisse son geste. Je ne sais pas vous, qui avez sûrement plus pratiqué le football que moi, à mon grand regret, mais quand je m'imagine essayer un retourné acrobatique, j'ai mal partout. J'ai peur de me froisser une dizaine de muscles, de me faire mal en retombant... et il faut que le ballon soit cadré, et qu'il rentre. Réussir le geste ne garantie pas que le ballon soit cadré pour autant, et qu'il n'y ait personne sur la ligne pour le stopper. L'avantage de la bicyclette, c'est qu'elle vous fait gagner en effet de surprise sur vos adversaires. Pas beaucoup, mais un peu.

- Et enfin, le talent, bien sûr. C'est quand même ça qui fait la différence. Combien d'attaquants dans le monde se sont retrouvés dans cette situation, en ne parvenant pas à marquer de retourné acrobatique pour autant ? Honnêtement, je pense avoir vu beaucoup de buts dans ma vie, en direct ou en archives, et objectivement je n'avais jamais vu un but pareil, une tentative aussi folle, et réussie qui plus est. Le talent, c'est d'oser faire ça, et le réussir. Il fait 1m95, et pèse 95 kilos. Il a frappé le ballon à 2m5 du sol (8 pieds pour les Anglais, qui en ont des grands apparemment), et a scoré d'un peu moins de 30 mètres (30 yards). Pour marquer, le ballon lui arrivant au-dessus de lui, et pour garder de l'avance sur les trois hommes qui le précèdent vers le but, il est contraint de tenter le ciseau plutôt que de contrôler et frapper, où de passer à un partenaire mieux placé - il n'y en a qu'un, qui se balade sans conviction dans l'axe. Et il doit lober son ballon, sinon un des défenseurs ou le gardien l'attrapera probablement. Bref, son idée est géniale, et il l'applique parfaitement. C'est du talent concentré.

Voilà, espérons maintenant qu'il réédite ce genre de performances en Ligue 1 et en Ligue des Champions, face à des défenses moins enclines aux grands espaces !

Je vous laisse.

mardi 13 novembre 2012

Enfin des buts en Ligue 1 !

Salut à tous !

Depuis quelques semaines la Ligue 1 flambe, personne n'en parle parce que ça ne colle pas vraiment avec l'idée si répandue qu'on s'ennuie en regardant le championnat français, mais c'est une réalité : pour l'instant - il reste encore 26 journées et un match à jouer, quand même - beaucoup beaucoup de buts sont inscrits en Ligue 1. Bonne nouvelle ou pas, c'est une réalité.

Avalanche de buts

Après presque 12 journées, 119 matches, la moyenne de buts est de quasiment 2,7. Une moyenne qui, s'il se répercute jusqu'en fin de saison, n'aura plus été atteinte depuis 1983 (2,87), soit trente ans, tout simplement. Les records, sur les trois dernières décennies, sont de 2,58 en 1985, 2,57 en 1999 et 2,52... l'année dernière. On note d'ailleurs une légère amélioration sur les six dernières saisons, après l'effroyable 2,13 de 2006, et notamment sur les trois dernières (2,41, puis 2,34 et 2,52, donc).

Bonne nouvelle ou pas ? C'est un autre débat. On peut certes se réjouir de l'augmentation des buts en Ligue 1, et donc du spectacle, point noir depuis des lustres du championnat de France, seulement concurrencé par le Portugal dans ce domaine en Europe. Valenciennes et son attaque de feu (26 buts, 7e attaque des cinq grands championnats derrière Barcelone (36), le Bayern (32), la Juve et Manchester United (29), la Roma (28) et le Real (27)) font
beaucoup pour l'attraction du championnat. Mais si on jette un œil ailleurs, on constate que certes, la Bundesliga allie spectacle (2,91) avec efficacité en Coupes d'Europe, du moins cette saison, mais que les meilleurs championnats européens en terme de moyenne de buts sont ceux du Pays de Galles (3,74), du Luxembourg (3,5), de Malte, d'Irlande et d'Islande (3,2). Les premiers championnats de "bon" niveau dans ce classement sont ceux des Pays-Bas (3,19) et de Belgique (3,13)... Dans le même temps, la Premier League (2,82) et surtout la Liga, qui pour une fois devance la Bundesliga (2,94), brillent, alors que la Serie A est battue par la Ligue 1 (2,67). A la vue de ces chiffres, on constate en fait une augmentation générale des buts en Europe. Reste que beaucoup de buts ne signifient pas forcément une amélioration des attaquants dans un championnat ; ça peut aussi dire une baisse de niveau des défenseurs et des gardiens. Il y a déjà eu 13 buts csc en Ligue 1, soit plus d'un par journée, contre 24 l'année dernière, soit 0,63 par journée...

Une journée pas comme les autres

Sur les cinq dernières journées, notons qu'on tourne carrément à plus de 3 buts par match (148 en 49 matches), avec deux journées à 33 buts, dont celle de ce week-end, riche, on y revient, de deux csc, et une seule à moins de 27 buts (22 lors de la 9e). Analysons un peu cette journée, qui devrait être représentative au vu de son efficacité, mais qui comporte quand même quelques singularités.

- Sur les 31 buts effectivement inscrits, on note plus de buts du gauche (13) que du droit (12), contre 6 de la tête. Logique, quand 15 d'entre eux (48,4 %) ont été marqués par des milieux, contre 39,6 en temps normal, et que les milieux marquent traditionnellement beaucoup plus du gauche que leurs collègues des autres lignes.

- 14 buts étrangers ont été marqués, un chiffre logique, légèrement en-dessous de la moitié. Mais sur ces 14 buts, 9 d'entre eux l'ont été de joueurs africains. Et je ne compte pas encore dans le lot Henri Saivet, qui semble de plus en plus enclin à choisir la nationalité sénégalaise... aux Sud-Américains (3) et aux Européens (2), la portion congrue. Le Brésil continue malgré tout sa course en tête, avec 19 buts.

- Sur ces 31 buts, 20 l'ont été marqués par des joueurs évoluant à l'extérieur (64,5 %), soit beaucoup plus que d'habitude (43,8). Logique, quand on note 5 succès à l'extérieur contre 2 à
domicile... La palme à l'Ajaccien Belghazouani et au Valenciennois Kadir, pour leurs doublés à Toulouse et Bastia. Gouffran (3 sur 4) et Cvitanich (idem), buteurs à Lorient et Marseille, brillent également plus hors de leurs bases que chez eux.

- Aucun buts de joueurs de moins de 21 ans, et un seul d'un de plus de 31 (Abriel, à Marseille) : les buteurs étaient d'un âge égal, ou presque.

- Aucun but sur coup-franc direct, et un seul sur penalty, par Modeste (Bastia), son deuxième de la saison, comme Belhanda. En même temps, Valbuena et Alo'o Efoulou auraient pu tripler ce score, avec un peu plus de réussite dans leurs tentatives...

- Un seul but venu d'un remplaçant, pour Palmieri (Bastia), soit 3,2 %, contre 12 en temps normal. Il faut dire que seulement 6 buts ont été marqués dans le dernier quart d'heure (19,3 %) contre 23,4 en temps normal. Ce qui n'a pas empêché Valenciennes de renverser le score à Bastia durant les 15 dernières minutes (2-1 à 2-3).

- Enfin, Privat (Sochaux, 1m86) a marqué son premier but du pied (sur 4) ce week-end. Dans le même temps, Erding (Rennes, 1m80) a marqué son 4e but sur 6 de la tête, record de Ligue 1 pour l'instant...

Voilà, je vous laisse digérer tous ces chiffres ! A plus tard !

mercredi 31 octobre 2012

Dissection des buts de Ligue 1

Salut à tous,

Revenons, si vous le voulez bien, sur le championnat, qui vient d'entamer son deuxième quart, en jouant sa dixième journée, amputée de deux matches, déjà, alors qu'en général les premiers matches reportés - inévitables dans l'est en général, alors que les matches reportés en Allemagne sont extrêmement rares... - arrivent plutôt en novembre. Ça nous promet un hiver particulièrement perturbé, et un classement souvent illisible... actuellement, le haut et le bas de ce dernier sont faussés par les matches en moins de Lyon et Marseille, qui pourraient être devant Toulouse, et rejoindre Paris pour le second, et d'Evian et Sochaux, en bas. Espérons que pour l'Euro 2016, les réfections ou constructions de stade prévoiront des structures pour résister au froid... sinon autant arrêter de jouer l'hiver.

Je voulais en fait faire un focus sur les 258 buts (2,63 par match) marqués depuis le début de la saison, en 98 rencontres. Enlevons les 9 buts csc - soit près d'un par journée ! - et on arrive à 249. Divisons ces derniers en différentes tranches, pour y voir un peu plus clair.

- 122 buts du droit (49 %), 72 du gauche (29 %), 55 de la tête (22 %). A noter que chez les milieux de terrain, les gauchers sont quasi à égalité avec les droitiers (45 contre 41, et seulement 9 buts de la tête), et chez les défenseurs c'est évidemment de la tête qu'ils brillent (4 du droit, 5 du gauche, 15 de la tête !).

- 113 buts étrangers, soit 45,4 %. Sur ce total, on en compte 55 pour l'Afrique, soit près de 49 % des buts étrangers, plus d'un but sur cinq au total. Les buteurs étrangers marquent un peu plus du droit (54 %), moins du gauche (26,5 %) et autant de la tête que la moyenne (22 %). Malgré la nette domination africaine (l'Amsud et l'Europe se disputent la deuxième place avec 30 et 27 buts), les pays les plus représentés sont le Brésil (17), et l'Argentine et la Suède (10).

- 104 buts à l'extérieur, soit 41,8 %. Le meilleur dans ce domaine est Zlatan, qui a marqué 7 de ses 10 buts hors du Parc des Princes, en seulement 4 matches (sur 9 buts parisiens), devant le quatuor Eduardo (ACA), Khelifa (ETG), Belhanda (Montpellier) et Rivière (TFC), 3 buts. A l'extérieur, les buts du droit augmentent nettement (60,6 %), au détriment des buts du gauche (25 %) et surtout ceux de la tête (14,4 %). Les défenseurs ont marqué 9 des 104 buts à l'extérieur, soit 8,6 %, contre 9,6 % au total.

- 13 buts seulement des moins de 21 ans (5,2 %), dont 2 pour Thauvin (Bastia), J.Ayew (Marseille), Regattin (TFC) et Aboubakar (VA). Huit clubs seulement sont représentés dans ce classement, dont Toulouse (3), Bastia, Marseille et Valenciennes (2). Paris, Lyon, Saint-Étienne, Bordeaux ou Lorient, qui figurent dans la première partie du tableau, ne comptent aucun représentant jeune buteur. Les jeunes marquent un peu plus du droit que la moyenne (53,8 %) mais autant du gauche que de la tête (23,1 %).

- 28 buts des plus de 31 ans (11,2 %), une belle perf. Eduardo, Maoulida (Bastia), Barbosa (ETG) et Brandao (ASSE) mènent la dansent avec 3 buts. A noter qu'on compte quatre joueurs bastiais dans le classement, avec Ilan, Rothen et Marchal, qui comptent 1 but. Troyes, autre promu, a également deux joueurs classés, à deux buts chacun (Nivet et Marcos). Les "vieux" marquent peu du droit (42,9 %), un peu plus du gauche (32,1 %) et de la tête (25 %). Sans doute parce qu'ils sont souvent plus présents en défense qu'en attaque...

- Les milieux marquent beaucoup dans notre championnat (38,15 %), même s'ils restent loin des attaquants (52,2 %), contrairement à l'année dernière. Comme je l'ai dit, et en toute logique, les milieux marquent surtout des pieds, et très peu de la tête. Le meilleur est Alain Traoré (Lorient, 4 buts). Six des neuf meilleurs milieux (à 3 buts ou plus) sont gauchers (Traoré, Obraniak, Barbosa, Bastos, Bauthéac et Diego).

- Les défenseurs marquent peu cette année (9,6 %), avec trois joueurs à deux buts (Baysse, Chedjou et Pejcinovic). Douze des 21 défenseurs buteurs n'ont marqué que de la tête, et on ne compte que six véritables latéraux dans le lot.

- Les internationaux français (sélectionnés au moins une fois en Bleu) ont marqué 29 buts, soit 11,6 % du total, avec en tête Gomis et Gignac (5 buts), devant Payet et Gameiro (3). On compte autant de Parisiens que de Marseillais (3), mais aussi deux Lillois, Lyonnais et Toulousains. On y voit aussi des anciens comme Meriem (Nice, 2 buts), Rothen (Bastia, 1) ou Giuly (Lorient, 1). Les internationaux marquent beaucoup du droit (58,6 %) moins du reste (20,7 % du gauche et de la tête).

- Je l'ai déjà dit ici, on compte beaucoup de coup-francs cette saison (11, soit 4,4 %), soit presqu'autant que de penalties (13, soit 5,2 %). Alain Traoré est le seul à plus d'un coup franc marqué (2), et Belhanda à plus d'un penalty marqué (2). Je l'ai déjà dit aussi, mais les coup-francs sont toujours plus marqués du gauche (6 contre 5) et les penalties, du droit (11 contre 2). Les deux clubs à compter plus d'un penalty marqué sont Brest et Montpellier (2). Neuf clubs sur 20 n'en ont pas encore marqué, dont Marseille, Lille ou Bordeaux. En cumulant les coup-francs et les penalties, les plus habiles sont Traoré, Belhanda, ainsi qu'Ibrahimovic et Danic, qui figurent dans les deux classements.

- 7 buts de "revanchards", c'est-à-dire les joueurs qui marquent contre leurs anciens clubs, soit 2,8 %. Modeste, Obraniak, Gourcuff, Camara, Bauthéac, Erding et Danic sont les sept joueurs concernés par ce classement, et Nice est la cible la plus fréquente (2), devant Lille, Lorient, Rennes, Saint-Étienne et Sochaux. A noter que ces sept joueurs n'ont marqué qu'un but du droit, 3 du gauche et 3 de la tête.

- Chez les buteurs sortis du banc, le Rémois Courtet mène la danse (3 buts sur 4), devant Maoulida, Sunu, Bastos, Regattin et Aboubakar (2). Cinq clubs n'ont pas encore vu un de leurs remplaçants marquer, dont le PSG et Marseille. En revanche, Toulouse bénéficie à fond du coaching de Casanova (5 buts), devant Bastia, Lorient, Reims et Saint-Étienne (3).

- Enfin, chez les buteurs du droit, Ibrahimovic mène avec 7 buts (sur 10), devant Khelifa, Gomis et Aubameyang (4). Chez les gauchers, Traoré est logiquement en tête (4), devant Bastos, Courtet et... Ibrahimovic (3) qui n'a donc pas encore marqué de la tête ! Chez ces derniers, ce sont deux petits formats, Maoulida et Ben Yedder, qui mènent la danse (3) devant 7 joueurs (Saivet, Baysse, Chedjou, Gignac, Erding, Brandao et Privat (2). Sur les 44 buteurs de la tête, 13 d'entre eux sont des défenseurs, contre 10 milieux et donc 21 attaquants.

Voilà, en espérant vous avoir éclairé et pas trop assommé de chiffres ! A plus tard !